Murs, sols, combles, planchers, fenêtres : quelles sont les zones prioritaires?

Lorsque le consommateur particulier souhaite réduire la surconsommation de sa maison et donc sa facture de chauffage, 1er élément de la dépense énergétique de son logement ancien, son tout premier réflexe consiste à se questionner sur son utilisation énergétique et à réévaluer ses installations (chaudière, fenêtre…) qui ne sont manifestement plus en état de l’être humain. Pour autant, il est intéressant de noter que le meilleur placement restera certainement l’isolation thermique. Cependant, comment les priorités en matière d’isolation devraient-elles être abordées ?

Les acquis préalables

Avant de procéder aux travaux d’isolation d’une habitation, une étude thermique préalable et approfondie se révèle importante. Mieux vaut alors se documenter sur les frais y afférents ainsi que sur les éventuelles possibilités de financement pour y parvenir. Par ailleurs, la détermination des exigences en termes d’isolation thermique et la connaissance de la hiérarchie des priorités des ouvrages à mener dans ce domaine constituent aussi des éléments à privilégier. La concrétisation de travaux d’isolation présente de nombreux atouts parmi lesquels se distingue la commodité. Ces systèmes préviennent également les déperditions de chaleur et réduisent la demande énergétique dans la maison. Un diagnostic thermique constitue un bon point de départ. De cette façon, il est possible d’identifier les brèches dans l’isolation du logement et les espaces sur lesquels l’isolation doit avant tout être effectuée. Pour bien accomplir le projet, prévoir une enveloppe budgétaire tout en se renseignant sur l’aide financière se présente comme une nécessité. Les besoins en matière d’isolation thermique nécessitent aussi une définition. À noter que pour les concrétiser, on peut bénéficier de crédits de travail. Invisible, discrète et inéluctable, l’isolation représente donc le fondement de la réglementation thermique 2012 (RT 2012), la référence pour les nouvelles réalisations. Elle assure un excellent niveau de confort thermique en toutes saisons. Et par-dessus tout, elle minimise la facture énergétique (notamment le chauffage).

La toiture et les fenêtres

Une isolation adéquate représente un composant essentiel de toute toiture. Et plus la maison prend de l’âge, plus son système de rétention de la chaleur nécessite des rénovations. L’isolation de la toiture constitue une priorité absolue. En hiver, l’air chaud monte, il essaie toujours de sortir par le toit. En été, le toit chaud tente de rehausser la température sur le plafond. L’étape suivante concerne les fenêtres et les portes. Dans une maison par ailleurs bien étanche et dotée d’appareils électroménagers écoénergétiques, ces éléments contribuent grandement à la mauvaise efficacité énergétique dans le bâtiment. Les fenêtres et les portes se distinguent par leur capacité contributive à la création de courants d’air et elles conduisent beaucoup mieux l’énergie que les revêtements en bois, aussi sont-elles les principales sources de transfert énergétique, tant à l’extérieur de votre maison comme à l’intérieur. En plus de les remplacer par de nouvelles à haut rendement énergétique, vous pouvez installer des doubles-vitrages pour aider à ajouter de la valeur isolante.

De façon générale

On constate par conséquent que l’isolation des combles est une priorité. Bien que sur ces principes généraux, on puisse estimer que l’isolation thermique des portes et fenêtres arrive en seconde position par rapport à celle des planchers, en réalité, elles se prêtent mieux à des travaux d’isolation thermique des murs, le second paramètre prédominant chez une habitation mal ou non isolée. En outre, selon la méthode de construction appliquée, la difficulté d’isoler les planchers est plus importante. En général, donc, c’est par les combles et le toit que près de 30 % de la chaleur emmagasinée dans une maison se dissipe. Un logement mal isolé thermiquement subit également une perte de chaleur d’un quart au travers des murs et d’un dixième au niveau des fenêtres et du sol.

Réaliser des économies d’argent en diminuant les déperditions thermiques
Qu’est ce que l’isolation phonique ?